Je cherche, je cherche, promis !
Je cherche à sortir de ce tunnel.
Ce terrier, cette tombe, c'est toi qui jugera.
En tous cas, je ne vois pas de lumière dans cette vie-là.
Je sais, je suis "si malheureux que çà ?".
Que "je n'arrête pas avec ça, si je ne veux rien faire, je ne me plains pas !"
Pardon pour cela, cela de moi, d'une tristesse démesurée.
Je t'adore tu le sais, je ne sais pas bien.
Je me demande parfois ce que tu peux percevoir de moi
De ce que j'ai aimé, avant et puis il y a toi.
De ce que je ressens, de tout ce qu'il y a enfoui
Je ne veux pas envahir ta vie de ça, il faut quelqu'un qui y croit
Je voudrais être normal, crois-moi, parfois.
Je voudrais pouvoir raconter un peu
Je voudrais que tu crois que tes yeux sont des balises
Que ton petit air de poupée m'a toujours fait succomber
Mais cela ne t'intéresses pas. Enfin, je crois...
Cela n'a pas d'importance aujourd'hui
Je n'ai que de l'amour pour toi, aucune rancune, aucune lassitude
Je le dis sans retenue et pour de vrai, je t'aime comme tout homme devrait aimer un jour
Mais voilà il faudrait un moment que tu essaies, juste pour voir.
Cela arrivera peut-être quand il sera temps...
Je pourrais commencer par le début
Je pourrais écrire cent pages mais à quoi cela sert ? un peu d'ennui dans tout ça
Moi, je ne pense pas que la vie serve à se raconter
Il faudrait passer à autre chose.
C'est la peur de vouloir arrêter et je sais que je peux le faire
Finir après tout car je suis las. Car je n'ai pas trouvé le goût
Le parfum attirant d'un air nouveau, la curiosité ou autre sentiment en plus
J'erre tu vois, je vagabonde, je me cache des autres
Pour souffrir en silence, supporter le mal
Et le temps passe, c'est triste.
Tu ne le sauras pas, tu ne le verras pas
J'aimerais tenir ta main et cela devrait me suffire
Je ne sais plus aimer l'amour que tu es
Idées noires, idées de derrière le miroir

Promesse
Retour à l'accueil