Tu Titubais Tant

Journée classique: sortie de bureau, un peu fatigué. Je me dépèche, je me mèle à la foule anonyme qui rejoint les souterrains et j'attrape un train. Le wagon est presque plein. Juste la place pour ouvrir un livre, s'isoler sans un regard pour qui se trouve sur mon chemin.

Et puis, j'entends ta voix. Tu cries sans t'en rendre compte, tu réponds à ta copine qui te tiens. Elle, là devant toi te parle doucement pour te calmer et ne pas trop te faire remarquer. Mais toi, tu ne maîtrises rien et tu ris, tu ris de tout ce qu'elle dit. Tu promets à l'assemblée qui fait semblant de ne pas te regarder que ce soir tu vas encore en vider ! Comme s'il n'y en avait pas eu assez...

Je te regarde, comme envouté, mal élevé... Tu as peut-être vingt ans, peut-être pas autant et pourtant, tu titubes déjà tant ! Et tu n'es qu'une enfant. J'ai envie de t'attraper, envie de te protéger mais je ne vais pas oser. J'avoue, j'ai peur de me faire moquer. J'ai mis de la musique, je me suis retourné, j'avais mal au coeur presqu'envie de pleurer.

Jeune fille, qu'a-t-on fait pour que tu veuilles ainsi te saouler ?

Retour à l'accueil